Mon Coeur n’a de cesse de rester en éveil et de briller fort tant les circonstances que nous vivons peuvent être difficiles, douloureuses.

En 2019, quand on m’a fait les premières demandes de formation, j’étais assez réticente. Je pense que je ne savais tout simplement pas où je devais aller sur ce sujet là. J’étais assez fermée. Je pensais que je n’avais pas à transmettre étant donné qu’au Collectif féministe contre le viol (0.800.05.95.95) il y avait tout et que c’était gratuit.

Mais on ne cessait de me questionner : où avez-vous appris ça ? telle technique ? pourquoi faites-vous comme ça ? Bref, il y avait comme un élan incessant qui ne finissait guère. Un élan et un relent qui m’invitaient à passer à l’action. Mais, je vous l’avoue, je ne savais pas par où commencer, ni si je devais y aller.

Et c’est alors que, comme par magie, j’ai reçu dans ma boîte mail l’offre de Cécile. Nous nous étions rencontrées quelques années plus tôt. Cécile était coach spécialisée en parentalité ludique. J’avais suivi un de ses programmes en ligne et je m’intéressais beaucoup à tous ces infopreneurs qui osaient par internet. Ils m’inspiraient beaucoup.

Dans son mail, Cécile offrait la possibilité de faire un point sur notre situation professionnelle et nos projets notamment de formation, pour savoir si développer son activité par internet était pertinent ou pas. J’ai sauté le pas et en moins de quelques clics, notre rendez-vous téléphonique était calé.

Sans Cécile je n’aurais jamais développé mon offre de formation. Je n’aurais jamais su comment en parler, comment la vendre, et je n’aurais pas su non plus comment lui donner de la valeur.

Je savais créer des contenus pédagogiques. Enseignante durant 8 ans à l’Université en droit, ça ne s’oublie pas. Avoir été maître auxiliaire en français en collège et lycée pro m’avait aussi donné des bases solides sur la rédaction d’objectifs pédagogiques, d’un programme d’apprentissage. Je connaissais la rigueur nécessaire à la transmission de connaissances. Peut-être un peu trop d’ailleurs.

Mais il y avait surtout tout le reste qui me posait problème, à l’intérieur de moi. Tout mon questionnement intérieur. Suis-je vraiment légitime ? Me suis-je moi-même suffisamment formée ? Y avait-il vraiment une nécessité à créer une formation sur le sujet ? Et les autres formations existantes, n’avaient-elles aucune valeur ?

Bref, il me fallait le déclic. Il me fallait comprendre que l’expertise que je m’étais forgée à grand coup d’investissements personnels, de nuits blanches, de bénévolat sans compter, était en réalité une base solide pour transmettre aux personnes qui m’en faisaient la demande.

Je n’aurais jamais pensé avoir les retours que j’ai eu sur la formation. Je n’aurais jamais pensé que cela m’enrichirait autant. Je n’aurais jamais pensé que je me mettrais autant la pression pour acquérir un vrai niveau de professionnalisme et oser me déclarer en tant qu’organisme de formation puis aller cueillir la certification Qualiopi, le graal de la qualité lorsque l’on est organisme de formation.

Je n’aurais jamais pensé avoir les épaules assez larges, investir autant d’argent et passer autant de nuits blanches et de journées dans la rédaction des contenus, les mises à jour. Car, quand un contenu ne me convient plus, il tourne, tourne, tourne dans ma tête, jusqu’à ce que je passe à l’action, le modifie et le fasse refleurir.

Surtout, je n’aurais jamais pensé que la formation transformerait autant, qu’elle puisse avoir autant d’impacts sur les futur.e.s thérapeutes, qu’elles puissent leur permettre de transcender à ce point leur vécu traumatique, aller au-delà, vers encore plus de retour à soi, leur permettant d’oser être encore plus, d’oser déposer plainte durant la formation, d’oser se réparer le corps à grands coups d’exercices psycho-corporels répétés, d’oser se choisir il.elles parce que c’est ça le plus important et que pour la première fois de leur vie c’est vrai.

Bref, je n’aurais jamais pensé tout ce chemin parcouru grâce à vous et pour vous. Je me suis rendue compte grâce à cette expérience de formatrice que je réponds souvent OUI dans le domaine professionnel même si cela me coute. J’ai appris à mes dépens à être encore plus flexible. J’ai appris à embrasser encore plus l’humanité qui brûle en chacun de vous, bien qu’elle puisse me freiner, me blesser ou encore me malmener parfois.

Et, avec ce que j’ai vécu, ce que nous vivons, j’ai décidé de poser de nouveaux choix comme celui de stabiliser définitivement le prix de la formation à 3800 euros et d’offrir pour chaque inscription l’accès aux deux autres formations, gratuitement. D’encourager un peu plus les vocations, les appels, les élans spontanés. Car, nous avons besoin de vous, de vous tous.

Accompagner les blessures de l’intime, devenir thérapeute psycho-corporel spécialisé dans les psychotraumatismes à caractère sexuel

Créer son activité professionnelle de thérapeute, qui est finançable par le CPF

Développer une écoute active pour intégrer à sa pratique professionnelle l’écoute des victime de violences sexuelles

Voilà ce que je vais poursuivre et je vous remercie pour vos encouragements. Pour vos phrases si bienveillantes : “Jénnie, tu ne peux pas nous abandonner. Tu ne peux pas nous lâcher. Il faut que tu continues. Cette formation est une révélation. On en a besoin. Cela me guérit”.

Alors, vous me direz que peut être j’y mets trop d’émotionnel, trop de coeur. Et je vous répondrai que je ne peux plus faire autrement.

Prenez soin de vous et aller là où votre coeur s’illumine. Là où votre âme vibre. Là où la vie coule en vous comme le vent fabrique de gigantesques vagues et rencontre l’océan tout entier.

Je vous écoute, je vous aime et je vous embrasse.