Quand on ne fait que survivre

Vivre ? C’est comme si après l’événement on ne connaissait plus ce mot. L’avant-après a laissé comme un goût amer dans cette vie qu’on ressent gâchée.

On a l’impression que jamais on ne se défera de toutes ces foutues images dans notre tête. On a l’impression qu’on aura toujours ces sensations bizarres dans notre corps, sur notre peau, même sous la douche, comme un truc qui nous colle à la peau.

Pire, on a l’impression que c’est presque comme marqué sur notre front sans qu’on le sache alors que pourtant on prend toutes les précautions.

On a l’impression que jamais plus on ne dormira en paix, dans un rêve doux et chaleureux, dans le noir de la nuit rassurante, comme avant.

On a l’impression qu’on devra toujours tout vérifier, revérifier, pour être sûr d’être en sécurité. Revérifier encore. Histoire de se rassurer une nième fois.

On a l’impression qu’on ne pourra jamais plus refaire l’amour comme avant, comme si le corps des autres était désormais banni de notre territoire. Comme si il y avait toujours le risque que… que ça recommence, qu’il y ait encore ces gestes inadaptés, intrusifs en nous.

On a l’impression qu’on ne sourira plus tout à fait de la même manière, comme si au fond de nous, personne ne pouvait voir notre vraie tristesse.

Et, on a l’impression surtout que jamais la page ne se tournera.

Pourtant, passer de la survie à la nouvelle vie est possible. Autour de vous, vous avez forcément cet exemple. A la télé, vous l’avez aussi. Et, peut être même dans le discours de votre psy ou de votre thérapeute.

Oui, cela demande de l’investissement, en énergie, en temps, en argent. Cela vaut-il la peine ? Quel investissement donneriez vous pour vous sentir vraiment en paix ? Vous sentir apaisé dans votre coeur ? Sentir que le sang qui coule dans vos veines répandre un amour de vous même inespéré ?

Que diriez-vous de sortir de vos addictions ? de sortir de votre état de terreur, de colère, de culpabilité, de honte ?

Les prises en charge psychotraumatiques sont aujourd’hui de plus en plus efficaces. Il n’y a d’ailleurs qu’à observer l’élan politique sur ce sujet : les 10 premiers centres du psychotrauma sont en train d’éclore à travers toute la France pour venir nous soutenir et nous accompagner.

Oui, votre état de survie, vos stratégies pour éviter, contrôler, vous anesthésier, ne plus ressentir, disparaître ont été utiles à un moment donné, mais désormais, il vous est donné de vivre… en paix.

1 commentaire sur “1”

  1. Ce texte est tellement juste, je vais le transmettre à une connaissance qui a été dans cette survie et qui commence a revenir à la vie et lui rappeler qu’aujourd’hui elle a le droit d’être en paix.
    Merci pour votre site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *